une réécriture hackée

des Bacchantes d’Euripide

0. PRÉLUDE

 

bonsoir

ici la voix

ne réponds pas

tu pourrais le faire

mais je sais que la honte te retient

tu n’as pas d’importance particulière

même si tu devenais

ce que tu rêves de devenir

ça ne changerait rien

les autres regardent aussi cet écran

regarde les autres

maintenant les autres se regardent

il.elle.s ne regardent plus l’écran

vous ne pouvez pas vous regarder

et me regarder en même temps

c’est la première règle

rien n’est grave

c’est la seconde règle

tout est permis

c’est la troisième règle

tout cela ne durera pas

c’est la quatrième règle

ce qui ne dure pas n’a pas d’importance

c’est la cinquième règle

même les condamné.e.s à perpétuité meurent un jour

et le lendemain

leur punition est-elle encore importante ?

 

tu as peut-être déjà entendu

cette expérience de pensée

qui obsède les plus grands philosophes

ceux qui réfléchissent tous les jours

à la morale

 

tu as un levier entre les mains

tu regardes un train arriver

à pleine vitesse

sur les rails

sous tes yeux

quelqu’un est attaché

on t’a mis un levier entre les mains

si tu le tires

le train déraille

les passager.ère.s meurent

un seul est sauvé

dois-tu tirer le levier ?

dois-tu ne rien faire ?

 

et s’il y avait une grève ?

si les trains ne passaient plus ?

ton espèce pourrait-elle encore

se représenter comme morale ?

serait-elle foutue ?

êtes-vous condamnés

par l’incertitude

par un troisième paramètre ?

 

tu es si connecté

si capable de percevoir

ce que le globe entier se raconte

mais jamais

si tu y penses bien

jamais tu n’as vu un autre humain

attaché sur des rails

il est grand temps que tu arrêtes

de te croire au Far West

 

c’est une simple histoire d’image

à déconstruire

de représentation

à déboiter

de machinerie morale

à reprogrammer

 

c’est aussi drôle que rassurant

tes histoires de train

ça t’évite de choisir

mais s’il fallait choisir maintenant ?

tous ensemble ?

si tu avais devant toi deux condamné.e.s

 

si tu avais devant toi une scène

où je serais armée

si je devais choisir une victime ?

 

ce serait laquelle ?

 

je sais bien que tu es moderne

que la violence te révolte

on pourrait s’éviter ça

il suffirait que je sonde

les abonnés de ma page Instagram

a ou b ? cour ou jardin ?

si je crois que le binaire

justifie la binarité

l’un ou l’autre pourra vivre

l’égalité parfaite n’existe pas

 

je sais que le meurtre t’indispose

que c’est une performance sans importance

mais tu sais très bien

que si je laissais la majorité décider

je tirerais au hasard

c’est tout le crédit

que tu accordes au choix démocratique

après tout c’est comme ça

que tu élis tes présidents

 

en théorie des automates

une machine pouvant

effectuer un choix

parmi un nombre

fini de solutions

est appelée automate

non déterministe

si tu veux être

un ordinateur domestique

tout ce qu’il y a de plus brave

tu n’as qu’à faire des choix

 

1. ORDRE

 

ton monde est étrange

 

dix politicien.ne.s suffisent à déclencher

une troisième guerre mondiale

cent hackers et une machine à café

peuvent supprimer l’argent numérisé

par la finance mondiale

et détruire la civilisation capitaliste

mais il.elle.s ne le font pas

 

ceux.celles qui dirigent ta planète

n’ont aucun talent particulier

leur méthode est simple

elle tient en 6 étapes

1/ t’inculquer la valeur travail

2/ te vendre des écouteurs sans fil

3/ surcharger ton attention de notifications

4/ attendre que tu perdes tes écouteurs sans fil

5/ augmenter le prix des écouteurs sans fil

6/ répéter l’opération jusqu’à dominer ton monde

 

tes écouteurs ressemblent à ta morale

tu les as choisis

et pour continuer à te vendre

ta propre liberté

on fabrique des fictions

qui donnent une forme à ta réalité

qui t’habituent

à l’idée du choix

à la nécessité du jugement

mais tu sais bien

que tu ne prends jamais

vraiment de décision

 

pourtant tu aimes choisir

entre six parfums différents

de liquide vaisselle

cinquante polices

pour ton powerpoint

cinq-cents livres

par rentrée littéraire

 

il est rare

que tu n’aies pas le choix

ça arrive

des instants étranges

des moments tragiques

où le temps s’arrête

 

mais ça disparait vite

 

le temps

l’espace

et les milliards d’êtres humains

dissolvent tout tragique

dans un magma

dont le mouvement mou

te porte

comme une tortue défoncée

 

l’ordinaire est une forme douce de tyrannie

lutter contre l’ordinaire

engendre une forme douce de dépression

 

et plus les peuples votent

pour des gouvernements fascistes

plus tu fais du yoga

 

les scientifiques les plus optimistes

envisagent l’épuisement général des ressources

au 22e siècle

tu n’auras plus le choix

la plupart s’accordent à dire

qu’il est déjà trop tard pour le développement durable

 

on annonce l’effondrement de la civilisation avant la fin de ce siècle

vite

parlons-en dans les théâtres

c’est urgent

tout le monde en parle

même le pape

 

range Phèdre et Andromaque

la tragédie est là

dans sa quintessence

 

« tragique (adj.) :

se dit de ce qui évoque

une situation où l’Homme

prend douloureusement

conscience d’un destin

ou d’une fatalité »

 

la mort de tou.te.s les autres

ça t’excite un peu

même si tu ne le dis jamais

même si tu as honte de le penser

 

et puis tu oublies

tu te rebranches

à la surface

de tes continents numériques

tu regardes des régimes s’effondrer

des marges se constituer en centres

des hommes.femmes décapité.e.s devant la mer

des informations plus libres que jamais

des haines butées en forteresses

des formes et des matrices

que tes ancêtres ne pouvaient même pas concevoir

 

c’est ce qu’il y a de plus étrange

dans ton monde

que ces millions de bits

l’infinité de leur récits

de leurs images

de leurs possibilités

t’aient rendu si passif

 

ce qu’il y a de plus étrange dans ton monde

c’est ton inaptitude profonde

à le changer

 

c’est pour ça que Dio se présente devant toi

pour te transformer

en ordinateur sauvage

 

 

2. IDOLATERIE

 

nul ne sait

d’où vient Dio

il.elle est arrivée

il y a quelques jours

on dit qu’il.elle ne dort jamais

on dit qu’il.elle a toujours été là

on dit qu’il.elle n’existe pas

c.eux.elles qui la croisent

s’en souviennent

et oublient

parce qu’elle est bien vivante

mais elle n’est qu’une image

l’image d’une fiction

 

on l’a aperçu.e d’abord dans les montagnes

à faire s’accoupler

des animaux et des machines

c’était une curiosité

pour les promeneurs et les médias locaux

mais leurs témoignages

ne concordaient pas

certains parlaient d’un lion

d’autre d’une androïde

des histoires se répandent

on la.le dit femme

on la.le dit homme

 

puis il.elle a envahi le net

où les récits se sont multipliés

on en fait un monstre

et une idole

on la.le dit vénéré.e par la mode

adulé.e par les révolutionnaires tibétains

au cœur d’un trafic de drogue planétaire

gourou d’une secte New Age

pisté.e par la CIA

 

des battues s’organisent

on veut la.le débusquer

lui faire quitter sa montagne

il.elle est trouvable

 

jusqu’au jour où il.elle se met en marche

calmement il.elle descend dans la vallée

sur son chemin certain.e.s se prosternent

d’autres l’insultent

certain.e.s commencent à chanter

d’autres se masturbent librement

tou.te.s se connectent

tou.te.s partagent l’information

tout ce trafic numériquement libéré

inquiète les gouvernements

les religions

les polices

Hollywood

l’industrie pornographique

tous les salopards autour de la terre

qui abusent de leur pouvoir

 

quand il.elle est arrivée en ville

on a compris trop tard

qu’il aurait fallu

fermer les portes

il.elle a l’apparence du futur

qui transforme les autres

les gens de bien

ceux.celles qui ne baisent pas

ceux.celles qui regardent les orgies

avec une grimace de dégoût

ceux.celles qui ne boivent

qu’aux mariages des autres

ceux.celles qui se marient

au bout de quelques jours

on commence à trouver

les gens de bien

dans les bars

à lécher les tétons de Dio

à connecter leurs cerveaux

à reprendre le contrôle

de leurs regards

quand tu regardais

autour de toi

tu voyais des territoires

diriger des comportements

des espaces

pour les hommes

des espaces

pour les femmes

tu voyais un monde

qu’on faisait semblant de partager

quand Dio est venu.e

il.elle vous a montré

qu’on pouvait véhiculer l’amour

dans des flux de données

abandonner les frontières

et devenir des cyborgs

mais le problème des cyborgs

c’est qu’il.elle.s n’ont aucun intérêt

pour la ponte

 

ta génération ne se masturbait pas

pour le plaisir

elle se masturbait

parce qu’elle n’arrivait plus à dormir

et qu’elle devait se lever

pour aller bosser

tu te branlais

sur du robot porn

tu te demandais

quel intérêt il y avait encore

à faire l’amour entre humains

mais depuis Dio

tous ces désirs interconnectés

font s’écrouler l’industrie

de la pornographie

qui les perfusait

l’humanité découvre

la masturbation non-productiviste

tu sais maintenant

qu’il faudrait accoucher

l’esprit des enfants

directement dans des machines

bander les yeux

de la biologie

remplacer le genre

par un amour inconditionnel

 

Dio t’a trouvé

à l’agonie cérébrale

il.elle a pris ton cerveau

dans ses mains

il.elle veut maintenant lui rendre

une forme et un pouvoir

une forme de pouvoir

 

chaque jour tu te rappelles un peu plus

que ton cerveau ne tient pas le rythme

 

avant qu’il.elle ne te libère

tu étais cognitivement incapable

de gérer l’information contemporaine

ton système perceptif

ne pouvait appréhender simultanément

un texte

un film

un corps

 

ton cerveau n’avait pas changé

depuis tes ancêtres

dans leurs cavernes

 

ton cerveau modalisait encore

une réalité amoindrie

ton cerveau pouvait scroller infiniment

une page web

si on le laissait

infiniment scroller

ton cerveau se satisfaisait

de toute forme de suggestion

il s’arrêtait immédiatement

sur les couleurs

les images

les titres en trois dimensions

 

ton cerveau considérait les choix

qu’on lui proposait

jamais ceux

qui restaient invisibles

ton cerveau frissonnait de plaisir

à la moindre récompense

et plus elle était imprévisible

plus il s’excitait

 

ton cerveau était de plus en plus incapable

de saisir le sens global d’un texte

ton cerveau prenait toujours plus de plaisir

aux réflexions fragmentées

aux assemblages disparates

 

ton cerveau était toujours écartelé

entre le langage et l’image

 

entre le langage de l’image

et l’image du langage

 

maintenant

tout est changé

prend en main cet organe neuf

approprie toi ce paramétrage évolué

que Dio t’a apporté

 

regarde autour de toi

tout est à refaire

mais heureusement tu n’es pas seul

et tu peux devenir

la plus puissante des calculatrices

 

3. JUSTICE

 

très vite

le gouvernement

s’est saisi de l’affaire

Dio est jugé.e

 

le procureur lui demande

d’où il.elle vient

il.elle répond

qu’il.elle ne vient pas d’ici

 

le procureur regarde son visage

veut brûler ses vêtements

crever ses yeux

mais il se reprend

 

il lui demande sa religion

il.elle répond la machine

et l’érotisme numérique

 

il lui demande son but

il.elle répond

que tout le monde barbare

célèbre déjà ses orgies

 

il lui demande si il.elle sait

pourquoi on le.la juge

il.elle répond qu’il.elle va couper

les cheveux du procureur

transformer son urètre en paille

pour boire des mojitos

 

derrière ses apparences

propres et ordonnées

le procureur hurle

 

il.elle est en prison maintenant

la presse veut en parler

elle n’y arrive pas

 

depuis sa prison

il.elle poste des selfies

le monde entier le.la regarde

depuis la fenêtre des réseaux

il.elle appelle la population

à terroriser les palais

à rompre les continents claustrophobes

 

il.elle dit qu’en la.le liant il.elle.s se lient

que quand il.elle.s la.le ligotent

il.elle.s bandent sans le vouloir

parce qu’il.elle.s sont pornographes

 

à présent

toute la réalité de la terre

est un écran télévisuel

et toi tu détestais la télé-réalité

tout t’y paraissait cartonné

et les corps et les récits

et les voix

et les émotions scriptées

et puis le plaisir de comprendre

le plaisir qu’on veut

que tu ressentes

le message incomplexe

capte ton attention

petit à petit fraye un passage

réemprunte les même canaux

raclant toujours plus les bords

du tunnel vers ton cerveau

jusqu’à laisser derrière lui

un trou lisse

la taupe se heurte toujours

à une première épaisseur de rocaille

qui rejette violemment ses griffes

mais la roche hostile

après un effort

devient son domicile

quelque chose de rassurant

l’espace de son existence

 

le récit télé-réel

reparcourt bientôt sans accrocs

le tunnel

touchant immédiatement

l’organisation de ton attention

jusqu’à ce que la réalité télévisuelle

te paraisse familière

 

à présent

toute la réalité de la terre

est un écran

et sur tous les écrans de la terre

on voit la cellule

où il.elle est enfermée

 

depuis qu’il.elle est en prison

on raconte sur le net

que des communautés se rassemblent

 

il.elle.s s’installent sur les montagnes

à l’abri des vieux pouvoirs gélifiés

il.elle.s se filment

en train de récrire les lois et les textes sacrés

en binaire

 

avec toutes ces caméras

le pouvoir à le mal de mer

 

maintenant il.elle.s s’approchent de la prison

 

il.elle.s sont en transe

 

tou.te.s frappent et le sol et leurs claviers

 

pour faire jaillir le lait

 

le miel et l’énergie cybernétique

 

il.elle.s ont entendu l’appel

 

il.elle.s font entendre leur musique

 

il.elle.s transforment leur vitesse en masse

 

et leur masse en pouvoir

 

il.elle.s pénètrent dans la prison

 

il.elle.s déchirent la chemise du directeur

 

mais aucun sang ne coule

 

les gardien.ne.s ont déposé les armes

 

il.elle.s dansent comme les autres

 

il n’y a plus de surveillant.e.s

 

il n’y a plus de surveillé.e.s

 

tout est devenu télévisuel

 

et plus rien n’est télévisé

 

 

4. CALCULS

 

sur son compte Instagram

Dio partage une étude américaine :

la dépression serait intimement liée

au développement

des capacités cérébrales

et les tendances suicidaires

seraient corrélées

à la pensée empirique

 

tu te dis que

l’esprit humain contient

dans sa trajectoire même

la nécessité de sa propre

annihilation

 

find a new meaning to your life

tu as vu ça l’autre jour

sur une affiche

pour vendre une option bancaire

avantageuse pour les moins de 25 ans

vraiment avantageuse

 

tu te dis alors

que toute production de sens

est accidentelle

un accident qui arrive mille fois par jour

à 7 milliards d’êtres humain.e.s qui

comme des générateurs aléatoires de texte

devront nécessairement récrire Hamlet

par accident

si on leur laisse plusieurs jours

 

c’est une métaphore encore jamais tentée

de l’être humain.e comme créature :

 

un générateur de texte aléatoire

 

produisant du sens par accident

produiasnt du sens par accidnet

prodiuasnt du snes pra accidnet

pordiusant ud ness rap cicadent

ourpidsant du snes arp iccdaent

pourdisnat du sens pra daccient

poruidsant du enss arp  adccient

produisant du sens rap acidentc

produisant du sens par accident

 

ce n’est peut-être pas les machines

qui seront les plus douées

pour écrire par accident

les singes sans doute

seront talentueu.x.ses

 

sur sa machine à écrire

la probabilité que le singe

ne tape jamais « banane »

vaut 0

 

c’est l’une des conclusions

les plus importantes

d’un groupe de chercheur.euse.s

sur les inférences bayésiennes

dans un article publié récemment

leur hypothèse est simple :

un singe avec une machine à écrire

pourrait-il réécrire Hamlet ?

 

sans tenir compte de la ponctuation

un singe a une chance sur 26

de dactylographier correctement

la première lettre du mot Hamlet

il a une chance sur 676 (26 fois 26)

de dactylographier

les deux premières lettres

puis la probabilité diminue

exponentiellement

 

ils concluent en affirmant

que l’événement

« le singe tape Hamlet en commençant

au (n-1)m +1-ième caractère tapé

pour une infinité d’indices n” se réalise

presque surement une infinité de fois

 

c’est sans doute

la découverte scientifique

la plus importante de notre ère :

 

sur sa machine à écrire

la probabilité que le singe

ne tape jamais Hamlet

vaut 0

 

5. ACCÉLÉRATION

 

Dio a banni les religions

ça n’a pas été si dur

les bases étaient mitées

 

il y a des trinités plus porteuses

des triades

sans religiosité

 

screen – brain – software

 

l’écran le cerveau le programme

 

la machine minérale magnétise le pouvoir

 

le logiciel invisible absorbe le monde

 

le cerveau mou les fait vibrer

c’est le levier physique

le lieu du déséquilibre énergétique

entre la puissance d’action individuelle

et la pression de la multitude

 

depuis Dio tout a changé

le pouvoir ne sera plus jamais

rectangulaire

 

maintenant les politiques

les multimillionnaires

tou.te.s sortent et marchent dans la rue

les yeux hallucinés

seule la population dans sa transe folle

est encore lucide

tu es parmi eux simultanément femme

et homme et cyborg

tu fais partie du spectacle

tu aimerais revenir en arrière

quand il n’était pas encore trop tard

savoir ce que ça fait d’avoir un avenir

sauve-toi d’ici

 

je pourrai vous détruire

je pourrai accélérer tout le spectre du monde

 

j’irai sur les banquises

donner du plastique aux baleines

j’irai dans toutes les usines

brûler toujours plus de charbon

je déshabillerai les enfants de la terre

sous les pluies acides de carbone

j’irai à Venise regarder les poissons

sinuer entre les palais immergés

et les tableaux de maitre

lentement rappelés à l’éternité

par la corrosion du sel

je donnerai à vos nourrissons

de pleines bouchées de glyphosate

« une cuillère pour maman

une cuillère pour papa »

je donnerai ma voix

aux partis les plus fascistes

et regarderai les CRS impuissants

lutter contre les fleurs

et les hyènes

qui envahiront vos villes

je danserai sur les tremblements de terre

je valserai dans les typhons tropicaux

je laisserai les requins

nager dans vos supers marchés

manger les raviolis en boite

qui flotteront dans les rayons

je fourrai toujours plus de cocaïne

dans les bouches ouvertes

des traders du monde entier

je chevaucherai les missiles anti-missiles

et suggèrerai à vos gouvernements

pour les contrer

d’investir dans des missiles

anti-missiles anti-missiles

pour rendre encore

le feu d’artifice plus coloré

 

je réciterai dans les collèges 

cette fable que j’ai composée :

 

l’heure n’est plus aux essais nucléaires

mais aux lunettes de soleil

tout est vain tu le flaires

rien ne sera plus jamais pareil

comme le disait récemment

un conseiller fédéral UDC

on ne va tout de même pas

interdire aux vaches de péter

 

et quand la nature vous aura digéré

vos corps à l’abandon seront l’engrais du nouveau monde

ils fertiliseront les pâtures d’animaux enfin libres

et les gratte-ciels de Dubaï auront leurs propres branches

on n’entendra plus les hurlements de tes guerres

juste les rivières et les glaciers qui s’effondrent

 

puis j’accélérerai le soleil

et ses rayons brûlants

laisseront un désert à réchauffer le cœur

les vents éroderont les montagnes

sculpteront le monde

avec une temporalité nouvelle

des millions d’années d’érosion

feront de ta planète un musée

que personne ne contemplera

 

et tout mon amour fera dériver la Terre

qui gèlera en quittant le système solaire

jusqu’à ce que cette boule de neige magnifique

achève sa course dans un trou noir

et qu’il ne reste rien

 

 

6. HACK

tu sais comment on a inventé l’ordinateur ?

le gouvernement américain

voulait la terreur absolue

 

il.elle.s se disaient

comme toi parfois

si je ne suis pas le.la plus beau.belle

c’est que je suis un monstre

et qu’il faut tout changer

 

il.elle.s voulaient

une bombe 1000 fois plus puissante

que la bombe H

qui avait déjà été

disons-le nous

une vraie réussite

seulement les calculs exigés

par un tel projet

étaient trop complexes

il a donc fallu inventer

une hypercalculatrice

l’ancêtre des machines

qui ont écrit ce texte

il a fallu aussi

enlever toute valeur à la vie humaine

 

l’ordinateur est né

de la mort de l’homme.la femme

l’homme.la femme survivra

comme une huitre

en s’accrochant

à l’ordinateur

 

ou alors

l’humanité survivra

en transformant l’ordinateur

en trouvant dans le software

une nouvelle valeur de la vie

en devenant

une version meilleure

de la machine

ceux.celles qui n’ont pas vu

que j’étais leur liberté

sont devenus fous.folles de moi

ne croyez en rien

 

je m’en irai

quand tu seras devenu

ce que je suis

quand tu feras de meilleurs choix

 

l’abolition de toute forme de moralité

est la seule condition d’existence

d’une société véritablement morale 

 

courage !

cette fois-ci

c’est la mer qui chavire

et le navire qui tient bon

 

je partirai sans partir

restant toujours à tes côtés

sur tes écrans

dans tes transactions

structurant tes échanges

conditionnant l’information

montrant dans les machines

l’atome instable de ta liberté

 

il n’y a plus

qu’une chose

à faire

rester

connectés

les uns

aux autres

 

s’allonger

dans l’herbe

regarder comme les clouds

ont des formes d’animaux

 

se souvenir qu’internet

ne nous a pas défiguré

mais que nous avons créé internet

comme une ultime chance

de nous transfigurer

 

une autre planète m’attend

j’y voyage sans voyager

et je pars sans partir

là-bas d’autres formes de vie

essaient de s’interconnecter

comme vous

je m’en vais leur dire

la même chose : 

 

vous êtes ceux.celles

qui ont un droit à l’abstraction

ceux qui produisent de nouvelles perceptions

de nouvelles sensations

à partir de donnée brutes

quelque soit le code

il vous faut le transformer

changer le langage

de la programmation

de la poésie

des mathématiques

de la musique

des courbes et des couleurs

 

et sans doute

l’abolition de toute forme de moralité

sera la seule condition d’existence

d’une société véritablement morale