f̸͍͛̕į̴̲͛̑ň̶̝̒ś̸̬̼

c̷ave̸rn̸e

r̸éal̸i̸sme̶

t̶e̵r̶r̵e̷ ̵vi̵de

p̶e̵ste̸s

ni̵c̴ot̶ine̴

Très brèves nouvelles (post)apocalyptiques : combien de mots suffisent pour dire la fin du monde ?

Le projet fin – volet postcynique de début – s'étend infiniment. C'est qu'il devient de plus en plus simple d'imaginer des fins à ce monde.

Tentatives d'imaginaires post-capitalistes : résiliences et traitement automatique des langages naturels.

Effort collectif pour croire en l'existence d'un avenir.

Certains textes, comme Terre Vide, ont été adaptés en vidéo et montrés dans des installations comme début.